8 SEPTEMBRE SHÉRAZADE

SAMEDI 8 SEPTEMBRE 21H
Shéhérazade
de Jean-Bernard Marlin
(France - 2018 - 1h49)
avec Dylan Robert, Fenza Fortas
Semaine de la critique, Cannes 2018

Bande annonce





Zachary, 17 ans, sort de prison. Rejeté par sa
mère, il traîne dans les quartiers populaires de
Marseille. C'est là qu'il rencontre Shéhérazade...
C’est quasiment un genre en soi, l’idée d’arracher
à un milieu social populaire des spécimens
glanés à la force de castings sauvages et tirer au
maximum des ressources du naturel et du
charisme voyou la matière fascinante d’une
fiction abrupte où se révèle une fois encore
l’éclat vite pâlissant de la mauvaise vie entre
drogue, prostitution, vols, séjours en prison et
loi de la street. 








La force et l’intelligence de Jean-Bernard Marlin sont de savoir ne pas se poser en surplomb de ses personnages, de suivre ses acteurs au bout de la phénoménologie de leur beauté brute, impérieuse, dessinant dans les méandres d’une passion qui ne veut pas s’avouer la violente méprise sexuelle des rôles : l’agressivité machiste des garçons et la vocation des filles à être proies ou fétiches. Ça marche un temps, ça produit des étincelles, du désir, et puis, une fois encore, le dérapage où la fille n’est
que la monnaie d’échange des rivalités viriles. Déplaçant stylistiquement le réalisme banlieue
en lui prêtant des accents de sitcom postpasolinienne nimbée de musiques électroniques,
Shéhérazade est, un jour après Sauvage de Camille Vidal-Naquet, la preuve que le cinéma
français a les doigts dans la prise et que la Semaine de la critique a su se saisir de la foudre.

Didier Péron, Libération

Posts les plus consultés de ce blog

FESTIVAL DU FILM DE MONTREUIL

LUNDI 19 OCTOBRE 17H45

PHOTOS DU FESTIVAL 2021