mardi 31 mars 2015

RAPPORT MORAL AG 2015




Je présente ici le rapport d’activité de toute une équipe que je tiens à remercier pour son travail, son efficacité, sa bonne entente. Au sein du CA, chacun a eu, tout au long de l’année un rôle à jouer, une tâche à remplir et chacun s’est beaucoup investi car nous avons eu fort à faire. Merci donc à tout le CA sortant et merci à vous, nos adhérents fidèles, qui nous accompagnez, pour certains depuis de longues années. À ce jour, nous avons 311 adhérents : nous pouvons être fiers de tout le travail réalisé qui a su vous plaire et pour lequel vous avez adhéré en masse.
Les assemblées générales se suivent et ne se ressemblent pas : pas tant mieux !
L’année qui nous sépare de la précédente AG a été riche en évènements pour le personnel du Méliès, pour l’association et pour le cinéma lui-même.
Pour le personnel
En mars 2014, une nouvelle équipe municipale a été élue. Dans son programme de campagne, elle s’était engagée à réintégrer l’équipe du cinéma qui avait été licenciée. Début mai, Alexie Lorca, nouvelle adjointe à la culture, a reçu une délégation de l’association pour lui annoncer officiellement la réintégration de Stéphane, Marie et Maud. Le soir même, lors d’une dernière séance du Méliès éphémère, l’annonce a été confirmée publiquement, à la grande joie de tous les présents. C’est début juin que les sanctionnés ont repris officiellement leur poste. La municipalité a voulu — et c’est tout à son honneur — régler humainement cette réintégration. La directrice du Méliès, ainsi que la programmatrice embauchée par Mme Voynet, ont été reclassées dans d’autres services de la Communauté de communes. Un chapitre douloureux venait de se clore ; il ne restait plus qu’à relancer les salles et faire revenir le public qui avait déserté le Méliès.
Le 4 juin, l’association a organisé une grande soirée pour symboliser ce retour. Nous y avons vécu de grands moments d’émotion. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, fin février dernier, nous avons appris que le tribunal de Bobigny a rendu un non-lieu dans le procès intenté par la municipalité précédente. Il est reconnu qu’il n’y avait donc pas de détournements de fonds, ni d’enrichissement personnel, que ce conflit «s’est déroulé sur fond d’élections politiques d’ampleur médiatique certaine qui ont pu motiver et précipiter un recours » à la justice. Dans le communiqué que nous avons sorti nous disions : "Cette équipe a été injustement poursuivie et sanctionnée. Elle a été atteinte dans son intégrité morale et professionnelle. Aujourd’hui elle est lavée de tous soupçons. Nos pensées vont bien sûr à Stéphane, Marie, Maud, Bénédicte et à tous les autres membres de l’équipe qui ont souffert, pendant des mois, d’un climat de suspicion et ont dû travailler dans des conditions de tensions épouvantables. L’association Renc’Art au Méliès et tous ses adhérents sont fiers d’avoir, dès le début, apporté leur soutien plein et entier à l’équipe. Les adhérents, les spectateurs, demandent qu’Est-Ensemble et la Ville de Montreuil fassent toute la clarté sur les conséquences financières que cette horrible histoire a entraînées et qui ont grevé les finances de la commune : chute de la fréquentation, embauche de personnel supplémentaire, frais de justice… Les responsables administratifs et politiques doivent rendre des comptes."
Enfin, un dernier procès rendra son verdict le 29 septembre : celui que l’équipe a intenté contre Mme Voynet pour calomnie. Nous serons, bien sûr, attentifs à son résultat.
Je ne peux pas clore ce chapitre sans avoir une pensée pour Cédric, notre caissier, qui nous a quittés trop tôt et à qui l'équipe a rendu hommage, avec une soirée karaoké, le 21 mars à laquelle nous vous avons conviés. Il aurait été satisfait d’apprendre les conclusions du tribunal, lui qui avait été tant affecté par ce climat difficile qui régnait au Méliès.

Pour l’association
Renc’Art au Méliès, qui avait été considérée comme semeuse de troubles et "persona non grata", a pu redevenir l’association de soutien du cinéma municipal et a pu redévelopper ses activités. Après notre soirée du 4 juin, nous nous sommes mis à la tâche pour l’organisation du festival Renc’Art, début septembre. Des adhérents nous ont aidés dans la préparation ou lors des 4 jours : qu’ils en soient remerciés. En lien étroit avec l’équipe, nous avons sélectionné les films, organisé les rencontres, les festivités, les buffets, travaillé à la communication, le tout en pleine période estivale, ce qui ne facilite pas forcément la tâche. Début septembre, il s’est passé quelque chose de fort et grandiose au Méliès : pendant 4 jours, ce ne sont pas moins de 2 100 spectateurs qui se sont retrouvés lors de l’une des 12 séances programmées, avec de nombreux films en avant-première et de nombreuses rencontres. Et quelle programmation ! Timbuktu, Pride, Saint Laurent, Hippocrate, Zouzou, Les chèvres de ma mère, Les nouveaux sauvages, Le sel de la terre, Mme Lee — film montreuillois — etc… Au passage, de nombreux films programmés lors de notre festival ont été nominés aux Césars et certains primés. Je tiens ici à féliciter le réalisateur montreuillois Thomas Cailley qui a obtenu 3 Césars pour son film Les Combattants, dont celui de la meilleure actrice attribué à la jeune actrice montreuilloise Adèle Hænel. L’année dernière elle avait aussi obtenu un César, celui du meilleur second rôle, pour le très beau film Suzanne. Adèle, je suis fière de toi et je t’embrasse.
Nos présences à la Fête de la Ville, en juin, et à la Journée des associations, fin septembre, contribuent aussi à faire connaître Renc’Art aux Montreuillois qui ne fréquentent pas souvent (à notre grand regret) le cinéma.
Forts du succès de notre festival, nous avons cherché ce qui pourrait vous plaire et nous avons fait appel à M. Bertrand Tavernier pour l’organisation d’une journée en sa présence. Le 31 janvier, nous avons programmé 3 de ses films dont 2 où il était présent, avec des acteurs, pour débattre, échanger, plaisanter. Je peux dire que nous avons passé une excellente journée et que Bertrand Tavernier était ravi d’être présent à nos côtés, lui qui a, sans relâche et avec une profonde conviction, soutenu l’équipe du Méliès. Nous avons appris qu’il recevrait un prix à la Mostra de Venise pour l’ensemble de son œuvre et nous en sommes ravis.
Et, bien sûr, nous vous avons donné rendez-vous plusieurs fois par mois pour les différentes soirées dont Renc’Art est partenaire. Notre partenariat a pour but de vous faire découvrir des films ; nous essayons d’avoir une offre diversifiée, susceptible de vous plaire. Vous pourrez nous dire ce que vous en pensez.

Pour le cinéma :
Un nouveau Conseil du cinéma municipal a été remis en place ; il s’est réuni à 3 reprises depuis. Renc’Art a 2 sièges et y participe activement avec de nombreux autres représentants montreuillois. Après la réintégration de l’équipe, le principal point abordé actuellement concerne évidemment les travaux et l’ouverture du nouveau "6 salles". Stéphane, qui est présent, vous donnera les dernières informations sur ce sujet, mais nous sommes très satisfaits de voir ce nouveau cinéma en phase finale de construction. Je rappelle ici, que depuis 2006, Renc‘Art a été de tous les combats — et ils ont été nombreux — pour son ouverture. Celle-ci aura été le fruit d’une forte mobilisation des élus, (enfin… certains), des spectateurs, des professionnels du cinéma. Sans notre ténacité et notre volonté de vouloir offrir à Montreuil l’un des plus grands cinémas municipaux Art et Essai, je crois que notre beau projet n’aurait jamais vu le jour. Offrir ce qu’il y a de meilleur au grand public dans cette période de restriction des budgets municipaux, c’est une sacrée gageure. Merci à la municipalité et à Est-Ensemble : nous avons hâte d’inaugurer ce bijou. Vous pouvez compter sur la présence de Renc’Art à ce moment et nous comptons aussi sur votre présence nombreuse. Car, pour faire vivre un "6 salles", il faut faire venir massivement le public dans toutes ses composantes — jeunes, moins jeunes, de tout milieu et de toute origine — d’abord les Montreuillois mais pas seulement. Depuis le retour de Stéphane et de Marie à la programmation, la fréquentation du Méliès a augmenté de 19%. C’est très important et c’est bien cette dynamique qui va permettre à notre nouvelle structure d’offrir un cinéma de qualité, qui réponde aux attentes diversifiées de tous les spectateurs. Avec plus de films, plus de salles, Le Méliès doit nous aider à aimer et à comprendre le 7° art, faire de cet espace un lieu d’échanges, de débats, de démocratie, de plaisir, ouvert au plus grand nombre.

Quelques mots sur le futur
À la fin de cette assemblée générale, vous élirez une nouvelle équipe qui devra faire fonctionner l’association pour les 12 prochains mois. Sans anticiper sur les résultats du vote, l’élection et le fonctionnement de son nouveau bureau, je ne doute pas que la prochaine équipe aura à cœur de poursuivre et amplifier le travail engagé cette année. Nous avons entamé une première réflexion sur la présence de l’association lors de l’ouverture du "6 salles" qui devra, bien sûr, être affinée, travaillée. Nous souhaitons renouveler notre festival : nous réfléchissons à la période, car les premiers jours de septembre sont difficiles à tenir ; cela demande une préparation tout l’été — période où de nombreux acteurs sont en vacances — et de plus, à cette date, beaucoup d’adhérents ne sont pas rentrés, ce qui les prive d’un moment important de leur association. Nous avons aussi en tête de signer une convention tripartite entre l’association, Est-Ensemble et la mairie de Montreuil. Nous l’espérions pour cette année ; elle n’a pas encore été établie, mais nous ne doutons pas que nous pourrons la conclure au plus vite. Cette convention permettra d’officialiser notre partenariat avec le cinéma et de mettre, noir sur blanc, les droits et devoirs de chacun des signataires. Notre association est aussi disponible pour apporter sa contribution au débat public qui doit s’ouvrir pour définir le rôle de ce "6 salles" et assurer son succès auprès de l’ensemble des publics montreuillois. Nous avons aussi quelques autres projets de rencontres avec des réalisateurs ou des acteurs, des sorties culturelles, bref, vous n’avez pas fini d’entendre parler de nous. Une des personnes qui a adhéré récemment me disait : « Je n’en reviens pas de tout ce que vous faîtes et de toutes les infos que vous nous envoyez. Toutes les associations n’en font pas autant ». Eh bien merci ! Si notre travail vous plaît et s’il est reconnu : tant mieux ! Nous travaillons beaucoup c’est vrai, mais nous prenons aussi beaucoup de plaisir à vouloir vous satisfaire. Alors, encore plus nombreux au sein de notre association, nous allons envahir le nouveau Méliès.
Marie-Madeleine Cornières