mardi 31 mars 2015

DIMANCHE 26 AVRIL À 16H30

IL EST DIFFICILE D'ÊTRE UN DIEU
de Alexei Guerman
avec  Leonid Iarmolnik, Dmitriy Vladimirov, Laura Lauri, Aleksandr Ilin, Yuriy Tsurilo, Evgeniy Gerchakov, Aleksandr Chutko, Oleg Botin
(Russie - 2015 - 2h50 - VO)

(Inscription pour les adhérents de Renc'Art) 
 Bande annonce


Un groupe de scientifiques est envoyé sur Arkanar, une planète placée sous le joug d’un régime tyrannique à une époque qui ressemble
étrangement au Moyen-Âge. Tandis que intellectuels et les artistes sont persécutés, les chercheurs ont pour mot d’ordre de ne pas
infléchir le cours politique et historique des événements. Le mystérieux Don Rumata à qui le peuple prête des facultés divines, va déclencher
une guerre pour sauver quelques sort qui leur est réservé.
Ultime film du cinéaste russe, Alexeï Guerman, décédé peu avant la fin du tournage, Il est difficile d’être un Dieu nous convoque dans la démesure d’un cinéma de l’Est, cinémato-graphie aux plan-séquences qui filent le tournis. Réalisateur de six œuvres rares, tournées en quarante ans, Guerman convoque la peinture la plus rugueuse, la folie des gueux d’un Goya, l’enfer bordélique de Bosch, pourjuxtaposer le chaos à la beauté fulgurante de la cinématographie soviétique et de ses anciens satellites. 

En adaptant les frères Strougatski,connus notamment pour avoir écrit Stalker, on pense à Tarkovski, mais aussi au Satantango de Bela Tarr, à Wojcieh Has et in fine au chef
d’œuvre absolu de démence contagieuse,Requiem pour un massacre d’Elemklimov.
« Les choix du noir et blanc, de décors épiques d’une opulence insoupçonnable, de longs plan-séquences virtuoses, ainsi que d’imposer une folie crépusculaire et anarchique sur l’ensemble du film, relève d’une cohérence thématique et esthétique inhérente à une culture, une tradition baroque et grandiloquente, que l’on pourrait parfois rapprocher de l’esprit rabelaisien par ailleurs. »

Frédéric Mignard, avoir alire