vendredi 24 janvier 2014

CONCERTATION EST ENSEMBLE COMPTE RENDU


17 Janvier 2014

Lancement de l’instance de concertation autour du 
cinéma public à Est Ensemble. 

Nous aurions aimé que cette réunion soit introduite par un document plus complet et que ce document soit communiqué aux participants en amont, comme nous l’avions demandé. Nous n’avons eu aucun chiffre sur la fréquentation des différents cinémas, le rôle de cette instance n’a pas bien été expliqué. Pour Renc’art si nous prenons acte de la création d’une telle instance, celle-ci ne devra en aucun cas remplacer le conseil du cinéma local que Mme La Maire refuse de réunir depuis de trop long mois.




Étaient conviés : les directeurs des cinémas publics, les élus à la culture, les représentants des associations partenaires des cinémas Est Ensemble.

Etaient présents :
G. Côsme, président d’Est Ensemble, madame Poisson DGA d’Est ensemble, Géraldine Rogier, conseillère technique, P. Sollier, vice-président Est Ensemble en charge de la culture.

Les directeurs des 7 cinémas : le Cin’Hoche à Bagnolet, le Magic Cinéma à Bobigny, le cinéma Malreaux à Bondy, le Garde-Chasse aux Lilas, le Trianon à Noisy le sec et Romainville, Ciné 104 à Pantin, Le Méliès à Montreuil avec N. Hocquart qui ne s’est pas du tout exprimé le temps de la réunion. Mais aussi une représentante du Ciné Etoile de la porte des Lilas, présence surprenante ce cinéma n’étant pas un cinéma public.

Des élus à la culture dont Christine Lacourde Bagnolet, et E. Cuffini pour Montreuil.

Les représentants d’associations dont : Association des usagers du cinéma pour les Lilas, Association de l’écran 104 pour Pantin, Association cinéma 93 qui regroupe 21 cinémas dont le Méliès, Renc’art au Mélies avec P. Aziosmanoff, G. Bertrand, M. J. Bloncourt, M. J. Moussard et la nouvelle association Montreuilloise M. le Mélies avec J. B. de Panafieu et S. Vager qui ne se sont pas exprimés.

En tout prés d’une Quarantaine de participants pour une réunion qui n’a pas durée plus d’ 1heure 30

En présentant nos excuses pour l’absence de notre présidente, nous avons demandé que les réunions futures, se tiennent  en dehors des heures de travail. Un élu a répondu qu’ils avaient des réunions pratiquement tous les soirs. G. Cosme a répondu : Je vous ai bien entendu.

La réunion s’est déroulée en deux temps à partir de deux axes : Etat des lieux et propositions autour des cinémas, et la Nouvelle instance de concertation.






1-Etat des lieux et propositions autour des cinémas
Etat des lieux

G. Cosme présente ses vœux pour une construction collective entre communes et pour le cinéma public d’Est Ensemble dont il rappelle l’excellence. Il transmet ensuite ses souhaits : bâtir une politique culturelle communautaire du cinéma public, un langage commun avec les instances invitées. Son ambition est la mise en réseau des équipements soutenue par une plus grande collaboration avec, et entre, les partenaires cinéphiles, usagers de nos salles. Neuf communes est un espace pertinent pour le cinéma.
P. Sollier souhaite une harmonisation des tarifs et une mise en réseau des partenaires, l’égalité des chances dans l’accès à la culture, une politique publique contre les grands groupes avec des salles indépendantes, l’éducation à l’image et enfin une chartre du cinéma public….
C. Lacour, élu à la culture à Bagnolet, dit que si les cinémas municipaux ont pu devenir ce qu’ils sont, c’est grâce aux associations.
E. Cufini dit que les pratiques culturelles changent, les jeunes vont dans les multiplex. Il parle de la diversité des professionnels du cinéma sur Montreuil. Il s’interroge sur comment on travaille avec une dynamique de quartier, et sur les différentes pratiques culturelles. Il n’est pas pour un ‘conseil du cinéma’ mais un ‘conseil culturel.’ G. Cosme répond que le cinéma n’est effectivement pas une identité à part.


Propositions autour des cinémas
Tout ce qui suit émane des partenaires invités

Sur la billetterie
C’est un des premiers points qui a été soulevé.
- Il est exprimé le regret de la diversité des tarifs entre cinémas.
- Les tarifs doivent rester attractifs, d’où l’intérêt des abonnements.
- Il faudrait revenir aux cartes illimitées dans le temps et non nominatives ce qui permet d’inviter quelqu’un, y compris sur le chemin du cinéma (Renc’art).
- Il faudrait des tickets inter-cinémas, ou cartes….
- Proposition est faite d’une carte illimitée dans le temps et inter-cinémas E.E.
- Certains cinémas acceptent les cartes UGC.
- La personnalisation de l’accueil au moment de la vente est un élément attractif et fidélise le public.

Sur la programmation 
La réflexion s’est surtout centrée sur comment attirer et informer des public plus nombreux et divers, particulièrement les jeunes et les personnes des quartiers excentré, face à l’actuelle désaffection du cinéma.
- Plusieurs partenaires demandent que les programmes de tous les cinémas concernés soient diffusés globalement au niveau de toutes les communes d’Est Ensemble et relayés par les mairies. D’où un travail commun nécessaire et une meilleure circulation des informations.
- Promouvoir la diversité culturelle avec des films de pays étrangers, avec des débats spécifiques en présence des personnalités concernés.
- Projections de films soutenus par les associations diverses, (tels que Amnesty, Amis de la terre, Attac…) face au désengagement des sociétés privées.
-Programmation de diffusion en direct d’opéras, ou concerts de rock filmés… il y a un véritable public pour ce genre de films mais aussi un coût.(104 à Pantin)
- Programmation de films ‘hors les murs’ l’été, il existe également un public pour ce genre.
-Festival de courts métrages, qui attire un public jeune. (Côté Court, 104 à Pantin)
-La qualité de la programmation des salles indépendantes où on peut aller les yeux fermés sans connaître à l’avance le programme, le bon accueil du public et le fait même qu’il y ait encore un accueil qui n’existe plus dans les multiplex, sont des atouts majeurs du cinéma public, ils fidélisent le public et créent une sorte de ‘rituel d’aller au cinéma’.(Renc’art au Melies)
- Faire une programmation plus spécifique serait plus attractif : événements, rencontres, débats… (Le Trianon aux Lilas)
- Et des festivals... (Association des usagers des Lilas)
- Il est fait proposition d’un événement commun à la rentrée de septembre, un festival par exemple, pour amener les spectateurs au cinéma.


Sur le public
- Le public des cinémas n’est pas représentatif de l’ensemble des quartiers d’une ville.
- Nécessité de faire des relais et médiation vers les quartiers excentrés, trouver les moyens d’aller vers eux.(Ciné 104- Trianon- Renc’art)
-D’où la nécessité de penser les moyens de transport pour les quartiers non desservis par le métro. (Renc’art)
- Les 15/20ans se désintéressent du cinéma. Comment faire sortir les jeunes de leurs quartiers, trop dépendants des divers matériels informatiques. Ils préfèrent les multiplex. Attraction de ce public pour la 3D (association 104).Il faut une diversité des pratiques pour les attirer.

2 -La future instance de concertation du cinéma Est Ensemble.
Elle se composera des élus à la culture, des présidents des associations, des directeurs des cinémas et de tout autre partenaire.
Renc’art au Méliès salue l’initiative de G. Cosme et ajoute que les associations de spectateurs jouent un rôle non reconnu à Montreuil. Les écrans publics sont menacés par les lois du marché. Les professionnels jouent un rôle important dans les conseils du cinéma, ainsi que les enseignants. Nous sommes pour une instance qui soit spécifique au seul cinéma.
.......................................
G. Cosme conclut en nous remerciant et dit qu’il est favorable à la constitution de cette instance au niveau d’Est Ensemble. Il sait le scepticisme de certains sur sa création et sur la période de création. Nous avons beaucoup à échanger et à faire ensemble et‘chacun apporte la richesse de l’histoire’. Il reconnaît la particularité du cinéma en tant que service public utile au ‘vivre ensemble’.
Il y a une pertinence de ce territoire d’Est Ensemble, il faut une politique plus audacieuse. Nous sommes dans une période particulière à quelques semaines d’une élection municipale. Dans deux ans il y aura la possibilité de reprendre certains équipements pour les municipalités.
Il parle d’un projet d’intelligence collective pour le cinéma.
Il est ravi de ces échanges.
:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
En conclusion rien de concret n’est ressorti de cette réunion.
Cependant elle a permis de tisser des liens avec nos futurs partenaires, et d’apprécier les différentes positions des uns et des autres. Certains élus et ou associations sont venus spontanément prendre contact avec nous et nous soutenir dans le travail que nous menons pour la défense du Méliès et de son équipe injustement sanctionnée.