samedi 9 novembre 2013

RENCONTRES AVEC LA VILLE

ÉPISODE N° 2


Réunion du 9 octobre 2013 à 18h entre Renc'art et la Ville de Montreuil


Personnes présentes
Ville de Montreuil : Emmanuel Cuffini, adjoint à la Culture ; Nathalie Hocquard, directrice du Méliès
Renc'art : Marie-Madeleine Cornières, Prunelle Aziosmanoff, Georges Bertrand (jusqu'à 18h45), Catherine Giffard 

Ce second rendez-vous avait été proposé par Emmanuel Cuffini lors de la première rencontre du 18 septembre et accepté par la délégation de Renc'art.


Objet de la réunion

Emmanuel Cuffini indique que, pour lui, l'objet de la réunion est le suivant : vérifier si Renc'art et lui-même partagent des valeurs, ce qui est le préalable à des actions communes. Il attendait pour la présente réunion des propositions écrites de Renc'art, comme il l'avait demandé le 18 septembre ; pour ce faire, il a adressé à Renc'art un document de 2010, qui a certes besoin d'être mis à jour mais qui a été validé par un vote et constitue la base de réflexion de la Ville.
Pour Renc'art, l'objet de la réunion est surtout d'obtenir une réponse aux deux questions posées à la Ville : le festival et la convention. Renc'art ne trouve pas logique de fournir ses réflexions sans pouvoir s'appuyer sur un projet de la Ville ou sur les propositions du Conseil Consultatif de la Culture issu des Assises de la Culture. Par ailleurs, les valeurs et objectifs de Renc'art sont connus ; ils sont dans ses statuts, n'ont pas changé depuis 10 ans et ont été exprimés à de nombreuses reprises, notamment dans le cadre du Conseil du Cinéma. Les propositions de Renc'art figurent dans les comptes-rendus des séances de 2005 et 2006 du Conseil du Cinéma.
Renc'art espère poursuivre pour l'essentiel les mêmes objectifs que la Ville concernant le cinéma municipal arts et essais avec ses 3 labels,  en particulier le souci du jeune public, dont Emmanuel Cuffini a rappelé plus tôt que c'était l'un des enjeux prioritaires du futur Méliès, avec le numérique. 
Renc'art souhaite que soient dissociés le court terme, c'est-à-dire le festival, et la réflexion à moyen terme.


Les travaux du nouveau Méliès

Nathalie Hocquard indique qu'ils ont enfin commencé.


Festival et animations

Emmanuel Cuffini, avant de donner son feu vert à l'organisation d'événements par Renc'art, veut avoir la garantie que ni Renc'art ni les personnalités invitées ni le public n'utiliseront leur présence dans les locaux du cinéma municipal pour attaquer à nouveau la Ville et la direction du cinéma.
Il indique que c'est parce que Dominique Cabrera a insulté Nathalie Hocquard qu'il lui a été demandé de rencontrer le Directeur Général adjoint de la Ville, et non plus la direction du cinéma, préalablement à toute participation à un débat au Méliès.
En réponse, Renc'art souhaite que l'obligation de rester correct dans les échanges n'entrave pas la liberté d'expression d'une association d'usagers indépendante de la municipalité, qui a vocation à pouvoir critiquer les pouvoirs publics. Marie-Madeleine Cornières, présidente, prend l'engagement que, si un débat est organisé avec Dominique Cabrera, il ne sera pas animé par Stéphane Goudet mais par elle-même et qu'il aura le film pour unique objet.
Emmanuel Cuffini accepte le principe d'une Nuit du cinéma, organisée en partenariat entre le Méliès et Renc'art. La date du 14 décembre est retenue.
Nathalie Hocquard informe que, pour des raisons personnelles, elle ne pourra être présente. Anne Huet, en revanche, sera là. Elle précise que cette Nuit du cinéma doit faire partie des textes remis à la graphiste au plus tard le 30 octobre, afin d'être annoncée dans le programme du 13 novembre au 24 décembre.
Renc'art débattra de cette proposition lors de son prochain bureau, le mardi 15 octobre, et, en cas de validation, reviendra très rapidement vers Nathalie Hocquard pour préparer cet événement.


Tarifs

Renc'art déplore que les nouveaux tarifs communs aux cinémas d'Est Ensemble ne donnent plus droit à un tarif réduit pour ses adhérents.
Nathalie Hocquard indique que la fixation des tarifs a donné lieu à une négociation très complexe. Elle donne l'exemple des tarifs scolaires : pour éviter qu'ils augmentent, la Ville prend à sa charge le différentiel, ce qui aboutit de fait à une diminution pour les scolaires, de 10€ précédemment à 9€ désormais. Elle s'engage à poser la question d'un tarif réduit dans tous les cinémas d'Est Ensemble pour les adhérents de Renc'art


Convention avec la Ville

Emmanuel Cuffini redit qu'il n'y est pas opposé mais que cette question sera traitée dans un second temps.