vendredi 15 mars 2013

Marianne Vendredi 15 Mars 2013


Terreur sur Montreuil



REVELLI-BEAUMONT/SIPA
REVELLI-BEAUMONT/SIPA
La ville de Montreuil, dans la Seine-Saint-Denis, pouvait légitimement tirer fierté de son cinéma d'art et d'essai, le Méliès. Non loin du hangar où Georges Méliès avait créé les premiers studios de l'histoire du cinéma, à la Croix-de-Chavaux, cette salle offrait les meilleurs films au public populaire. Je ne sais si le Méliès a programmé un jour le chef-d'œuvre de Pierre Chenal, Clochemerle, tiré de l'impérissable roman de Gabriel Chevallier. Le maire de Clochemerle, Barthélemy Piéchut, entend imprimer sa marque à la commune. Ce grand bâtisseur de pissotières ne supporte pas que l'on critique sa politique, il s'inquiète de tous ces lieux où la mairie ne maîtrise pas la parole publique. 

Or, Barthélemy Piéchut, réincarné en Dominique Voynet, est devenu maire de Montreuil en 2008. La ville avait existé avant elle et les contrats signés par l'ancien maire, Jean-Pierre Brard, avec les responsables du Méliès conservaient leur validité. Dominique Voynet ne pouvait admettre que la principale institution culturelle de Montreuil lui échappe. Elle ne pouvait attaquer l'excellente programmation du Méliès, ni le travail accompli avec les associations et les établissements scolaires. Il ne restait qu'à discréditer les responsables du Méliès et tout particulièrement le directeur artistique, Stéphane Goudet. Inventive, Dominique Voynet l'accuse d'«insultes subliminales sur Internet». Délit gravissime, à n'en pas douter, dont la preuve, par définition subliminale, passionnera des générations de doctorants en droit.

Pour licencier Stéphane Goudet, Dominique Voynet s'est montrée très créative.Elle a ainsi accusé le cinéma de disposer d'une caisse noire. Or, il s'agissait des recettes des films ne disposant pas d'un visa d'exploitation et le Méliès n'a jamais dissimulé ces rentrées, distinctes de la billetterie courante. Qu'à cela ne tienne ! La maire affirme en conseil municipal que le parquet a ouvert une enquête. L'opposition de gauche interroge aussitôt le procureur de Seine-Saint-Denis qui ne trouve pas trace d'une investigation concernant le Méliès. A force de calomnies et de mensonges, la maire de Montreuil est parvenue à licencier Stéphane Goudet. En retour, elle a réuni, contre elle, la quasi-totalité des réalisateurs du cinéma français, qui se solidarisent de l'équipe du Méliès. Ayant sans doute quelque compétence dans la culture du navet bio, Dominique Voynet devrait renoncer à se mêler de cinéma.