jeudi 14 février 2013


Je n'habite pas à Montreuil, mais une banlieue "populaire" de Seine-Saint-Denis, je suis issue de famille modeste. Je fréquente donc et j'apprécie à ce titre le cinéma Le Méliès depuis de nombreuses années, ainsi que de nombreux autres cinémas du réseau de notre département, boycottant allègrement les multiplexes MK2, UGC...qui se ressemblent tous, comme se ressemblent toutes les galeries marchandes à travers toute la France et la Navarre. J'y retrouve des amis et des relations nouées au cours des différentes projections et animations. Ces amis et relations habitent Montreuil, mais aussi Paris, Vincennes, Fontenay...donc ils aiment le Méliès, ils y travaillent aussi pour certains.
Au cours de ces nombreuses années, je me suis souvent demandé si Madame la Maire fréquentait ce qu'on peut apparemment appeler maintenant "son cinéma"..., étant donné son comportement actuel. Je la plains de ne pas savoir apprécier le bijou qui se trouve implanté sur le territoire qu'elle administre actuellement. Etait-elle présente pour assister entre autres, à ce week-end Jacques Tati, en présence de l'accessoiriste de ses films, venu nous raconter maintes anecdotes toutes plus drôles les unes que les autres sur le tournage des films, en présence de Pierre Etaix aussi, venu nous faire part des soucis rencontrés dans sa carrière? Etait-elle présente pour s'amuser comme une gamine en essayant de chanter à peu près juste et en rythme les jours de karaoké sur Mamma mia, ou sur West side story? Etait-elle présente pour entendre les analyses de film de Stéphane Goudet sur "Le voleur de bicyclette" ou "L'aurore"? Etait-elle présente en même temps qu'Anna Karina, Marc Perrone, Milos Forman...? Etait-elle présente pour rencontrer la petite-fille de Georges Méliès, lors d'un hommage à son grand-père, avec accompagnement au piano? Bon j'arrête là, je pourrais en écrire des pages. Et même si Madame La Maire était là, elle n'a pas du être très réceptive à ce qui se passait...
Je la plains, car tous ces souvenirs de bons moments, enrichissant intellectuellement et-ou festifs, cela elle n'arrivera pas à le casser, même en y exerçant de fortes pressions...
En même temps, je me demande si je ne dois pas la remercier: si par malheur, elle arrivait à ses fins, cela me ferait un cinéma de plus à boycotter, donc des économies de transport.
 
MC