samedi 19 janvier 2013

Libération 19 Janvier

Libération samedi 19 Janvier 2013


 Nouveau malaise au Méliès de Montreuil


Par DIDIER PÉRON
Grève . Soutien ce samedi au directeur artistique de la salle de cinéma, suspendu depuis décembre.

   
On va bientôt pouvoir tourner un thriller politico-judiciaire à Montreuil (Seine-Saint-Denis) en s’inspirant des épisodes conflictuels à répétition entre la maire verte, Dominique Voynet, et Stéphane Goudet, le directeur artistique de la salle de cinéma municipal le Méliès. Dernier coup de théâtre en date : le 6 décembre, Voynet a déposé plainte pour «détournement de fonds publics», déclenchant l’ouverture d’enquêtes administrative et de police judiciaire, et la suspension de Stéphane Goudet, ainsi que des deux régisseuses du cinéma.

Collusion. De l’argent liquide et des chèques, d’une valeur de 1 800 euros, ont été trouvés dans un placard du cinéma. La nouvelle comptable embauchée par la mairie a par ailleurs découvert que les séances non commerciales (celles organisées ponctuellement pour les associations ou les scolaires, par exemple) n’étaient détaillées sur aucun relevé de comptabilité et leurs recettes constituaient de fait ce que Voynet appelle une «caisse noire».

Goudet contre-attaque, avec le soutien de Montreuillois aussi notoires que le palmé d’or Laurent Cantet, Robert Guédiguian, Solveig Anspach ou Dominik Moll : l’argent de ces séances, selon lui, était systématiquement reversé dans la caisse commerciale, ou donné à des associations. En outre, ce fonctionnement était connu des élus qui, jusqu’alors, n’avaient pas jugé utile de le dénoncer. Auparavant, Goudet avait été attaqué pour «harcèlement», rapport de la médecine du travail à la clé (médecin qui a depuis donné sa démission), soupçonné de collusion avec un opérateur technique lors de la numérisation des salles. Il avait en outre découvert un appel à recrutement d’un directeur administratif pour le Méliès, qui lui était apparu en mai comme une manœuvre pour le débarquer.

Le Méliès, tel qu’il existe dans les sous-sols du centre commercial Croix-de-Chavaux (200 000 spectateurs par an), n’a en l’état plus que quelques mois à vivre : il va renaître dans un bâtiment flambant neuf de six salles avec un espace librairie et un café. Ce projet coûteux est un héritage de l’ère Jean-Pierre Brard, le maire communiste qui a tenu Montreuil entre 1984 et 2008. Stéphane Goudet est arrivé à la tête des trois salles municipalisées en 2002 et y a mené une politique très active, invitant pour des débats Manoel de Oliveira, Wes Anderson, Vincent Lindon, Claire Denis… Sa réputation frondeuse a grandi encore au moment du conflit entre le Méliès et les groupes MK2/UGC qui contestent l’ouverture des nouvelles salles subventionnées et attaquent au titre de la «concurrence déloyale».

Préavis. Les relations avec Voynet ne seront jamais au beau fixe. Jointe par Libération, celle-ci se défend de toute acrimonie ad hominem : «Je suis une femme de gauche, je ne veux torpiller personne, juste remettre de l’ordre là où il y a encore des comportements de type associatif, des gens qui ne se rendent même pas compte qu’ils font des choses illégales.» Appuyée par la CGT, l’équipe du Méliès a déposé un préavis de grève pour ce samedi et appelle les spectateurs à une manifestation de soutien devant le cinéma à 14 heures.