lundi 28 janvier 2013

Lettre d'une adhérente de Renc'Art


Le Méliès est en grève! Que se passe-t-il vraiment ?
Nous les habitants de Montreuil, ne sommes pas censés savoir... 
Qui ment? Qui dit la vérité?
Il y a un conflit entre deux protagonistes, et nous assistons impuissants au pugilat!
Le rapport de force n'est pas égal. Dans notre système de fonctionnement, à part les anarchistes qui plaident pour des directions collégiales, nous avons toujours "une tête" qui dirige : un président(e), un(e) maire, un directeur/trice...... Il appartient à ces personnes le pouvoir de décider en dernière option.
Mais voilà, nous sommes en démocratie dans notre beau pays. Le peuple a son importance, il vote et le choix des urnes, n'en déplaise à ceux qui ont opté pour un autre choix, sera le résultat de la plus grande majorité.
Oui, cela tout le monde le sait, j'enfonce donc des portes ouvertes.
Si je le rappelle, c'est pour dire que dans ce conflit où nous sommes censés ignorer les tenants et aboutissants, que pouvons-nous faire, nous les montreuillois(es), nous qui apprécions notre cinéma et qui avons envie d'être solidaires des employés mis sur la touche ?
Alors, je voudrais dire ceci : peut-être y a-t-il eu faute....peut-être.... ? Mais n'est-il pas possible de manifester un peu de mansuétude, passer l'éponge, tirer un trait ? Prévoir de nouvelles dispositions et gestion de ce cinéma qui contenteront tout le monde, et permettront de garder le personnel qui a toujours donné satisfaction.
Mansuétude et dialogue ! Se placer au-dessus d'un conflit qui met toute une équipe de salariés en grande difficulté et, (effet mineur) pénalise une bonne partie du public du Méliès, privé de son cinéma.
Mansuétude ! Le pardon est l'apanage du fort. Il n'est pas question de faire fi de la justice. Elle viendra à son heure.
Jeanne Studer
une adhérente de Renc'art