mercredi 4 mars 2015

MÉDIAPART 3/3/2015

Happy end au cinéma méliès de Montreuil


« L'affaire du Méliès » s'achève enfin par la victoire judiciaire sans conteste de l'équipe du cinéma municipal d'art et d'essai de Montreuil (93) gravement mise en cause par l'ex-maire EELV Dominique Voynet. Au bout de trois années d'une lutte acharnée qui a mobilisé des milliers d'amoureux du cinéma indépendant et de la démocratie, l'acharnement politique d'une élue se conclue par sa seule mise en examen. Rappel des faits et conclusion par Stéphane Goudet, directeur du cinéma Le Méliès.

« Merci, en tout cas, à tous ceux... de l'équipe du cinéma, au public du Mélies (extraordinaire), aux cinéastes et critiques qui nous ont témoigné leur solidarité. Pour une fois qu'on arrive à faire reculer la vague néo-libérale grignotant les espaces de diffusion de la création au cinéma, cela mérite d'être signalé d'une pierre blanche !!!  »
Jean-Pierre Thorn (cinéaste) *


Pause pour écouter « La chanson du Méliès », lors de la manifestation du 8 juin 2013 à Montreuil (DR)
 Pause pour écouter « La chanson du Méliès », lors de la manifestation du 8 juin 2013 à Montreuil (DR)

LE CINÉMA MÉLIÈS DE MONTREUIL
ENTIÈREMENT BLANCHI

LES MÉTHODES DE DOMINIQUE VOYNET
MISES EN CAUSE


Par Stéphane Goudet
Directeur du cinéma municipal d'art et d'essai de Montreuil
« En matière de présomption de culpabilité, souvent l'info est en gras à la Une et le démenti en petites lettres page 12 »... C'est en ces termes que l'ancien Président du festival de Cannes, Gilles Jacob, a incité sur Twitter à diffuser la nouvelle du non-lieu qui vient d'être rendu public dans la fausse « affaire du Méliès de Montreuil ». Rappelons les faits.
En décembre 2012, Dominique Voynet, alors maire de Montreuil, avait fait réaliser par sa direction générale une enquête administrative sur de graves problèmes de gestion du cinéma municipal Le Méliès. Accablante, l'enquête avait conclu à un détournement de fonds publics estimé à « au moins 143 000 euros », s'appuyant sur pas moins de dix témoins, tout en multipliant les exemples concrets d'usages présumés de cette « caisse noire » affirmée comme certaine, des faux frais au festival de Cannes aux taxis pour l'équipe, en passant par la drogue achetée pour certains réalisateurs.
L'ancienne candidate écologiste à l'élection présidentielle avait alors rendu publique l'enquête sur Internet, avait envoyé partout des communiqués, s'était faite interroger par France Télévision et avait organisé en mairie une conférence de presse pour charger l'équipe et annoncer le dépôt d'une plainte au pénal.

L'équipe du cinéma Le Méliès en grève, en février 2013 (DR 
L'équipe du cinéma Le Méliès en grève, en février 2013 (DR
La gravité des faits constatés (dixit) lui permettait d'annoncer trois mois plus tard une réorganisation de la direction et de la programmation du Méliès, quatre employés en faisant les frais, dont le directeur artistique de l'établissement, l'universitaire Stéphane Goudet, déjà auteur d'une passe d'arme médiatisée avec les circuits UGC et MK2 lorsque ceux-ci avaient voulu, en vain, empêcher l'agrandissement du Méliès.
Immédiatement, l'équipe du Méliès avait dénoncé les faux innombrables produits par l'enquête administrative interne, qui multipliait le même témoin par autant de fois que nécessaire, décrétait que les exonérations étaient irrégulières alors qu'elles sont obligatoires et présentaient des facilités de paiement accordées aux classes et validées par la ville comme un manque à gagner pour les finances publiques.
De toute l'accusation ne restait que la modalité technique de traitement de 15 séances par an sur 4 000 : les séances dites non commerciales, considérées par le CNC comme litigieuses. Lequel CNC annonçait immédiatement qu'il allait en revoir nationalement la gestion et envoyer aux salles de cinéma un vademecum (toujours attendu), en précisant ne demander aucune sanction envers Le Méliès, pas même un avertissement.
500 personnes manifestent dans les rues de Montreuil en soutien au Méliès, le 19 janvier 2013 (DR)500 personnes manifestent dans les rues de Montreuil en soutien au Méliès, le 19 janvier 2013 (DR)


L'éviction de quatre employés du Méliès suscita une forte polémique, y compris nationalement, où, à l'initative de Dominique Cabrera et Jean-Pierre Thorn, une trentaine de réalisateurs de Bertrand Tavernier à Pascale Ferran et Arnaud Desplechin en passant par Bertrand Bonello, Laurent Cantet et Agnès Jaoui soutinrent l'équipe du cinéma en rappelant l'importance du travail accompli dans cette salle emblématique de l'art et essai.
À partir de la manifestation de près de 600 personnes dans les rues de la ville en février 2013, une résistance locale très vive s'organisa, au point de constituer un des enjeux centraux de l'élection municipale qui se déroula treize mois plus tard.
Car en soutien à leurs collègues, l'équipe du Méliès quasi complète a, aussitôt le début des hostilités, organisé une grève de 48 jours consécutifs, la plus longue de l'histoire de l'exploitation. L'association de spectateurs Renc'Art au Méliès a également fortement soutenu l'équipe du cinéma et, aux côtés du Collectif Indépendant de Spectateurs du Méliès (C-Ism), a organisé tous les mois des Méliès éphémères réunissant entre 150 et 450 personnes, essentiellement à la Parole errante, soit sur le lieu même où Georges Méliès tournait ses films, tout près de la Maison de l'arbre où vit et travaille Armand Gatti.


Rassemblement de soutien aux travailleurs du Méliès en grève, le 19 février 2013 (DR) 
Rassemblement de soutien aux travailleurs du Méliès en grève, le 19 février 2013 (DR)
Du Front de gauche à l'UMP, les quatre candidats qualifiés au second tour de cette élection s'engagèrent à réintégrer l'équipe du Méliès évincée et aussitôt élu, Patrice Bessac tint parole, en reprenant en juin 2014 les trois employés désireux de retrouver leurs fonctions : le directeur artistique, la programmatrice jeune public et la comptable.

Restait à attendre la décision du juge du tribunal de grande instance de Bobigny. Elle est tombée dans les derniers jours de février 2015 : « Aucun des chefs d’accusation de détournements de fonds publics et de faux et usages de faux en écriture » évoqués par la mairie de Montreuil sous Dominique Voynet n’est retenu contre les personnels du cinéma municipal Le Méliès à Montreuil, a annoncé le tribunal. Mieux : le juge confirme que tout le monde y compris l'administration à l'origine de l'enquête connaissait le problème de gestion des quinze séances non commerciales,
renvoyant à la responsabilité des enquêteurs eux-mêmes. Offrant un démenti cinglant à toutes les répandues dans la presse, le tribunal de Bobigny conclut que ce conflit «s’est déroulé sur fond d’élections politiques d’ampleur médiatique certaine qui ont pu motiver et précipiter un recours » à la justice. Le juge confirme donc le caractère politique de l'acharnement dont a été victime l'équipe du Méliès, qui avait déjà subi la même année 2012 une première enquête administative autour d'une accusation de maltraitance, écartée cette fois par l'enquête elle-même.
Le désir de se défaire de Stéphane Goudet et de ses principaux collaborateurs aurait notamment eu pour origine le refus connu de Dominique Voynet du projet d'extension du Méliès de 3 à 6 salles, qui ouvrira courant 2015. Après avoir échoué dans sa tentative première de l'enterrer purement et simplement, puis dans ses contacts avec une société privée, la seule façon pour elle d'accepter ce projet et de le faire sien aurait consisté à changer, à n'importe quel prix, ceux qui l'avaient initié et porté pendant des années.


Pendant des mois, des années, des milliers de personnes se sont mobilisées sans trève en soutien au Méliès (DR) 
Pendant des mois, des années, des milliers de personnes se sont mobilisées sans trève en soutien au Méliès (DR)

Au terme de ce conflit, Dominique Voynet est donc la seule mise en examen montreuilloise. Le 29 septembre 2015 aura lieu la première audience dans le cadre de son procès pour diffamation publique. À ce jour, ses frais de justice sont toujours pris en charge par les contribuables montreuillois, puisqu'en cachant à ses élus, révéla Mediapart [sur ce blog ICI], sa propre mise en examen, elle avait fait voter par le conseil municipal sa protection fonctionnelle lors d'un des derniers conseils municipaux auxquels elle ait participé. Deux des auteurs de l'enquête administrative à charge travaillent quant à eux encore à la direction générale de la ville de Montreuil.

Le successeur de Dominique Voynet à la Mairie, Patrice Bessac, s'est félicité de cette décision de justice qui, après la hausse de 19% de la fréquentation en 2014, conforte une fois de plus sa décision de réintégration : « C’est une très bonne nouvelle tant pour les agents injustement incriminés, que pour notre cinéma et pour tous les Montreuilloises et les Montreuillois qui ont largement montré leur soutien à leur cinéma. » 
Et de conclure : « C’est désormais en toute sérénité que les équipes, les élus de la ville et de l’agglomération Est Ensemble vont pouvoir, ensemble, se consacrer au projet et à l’ouverture très prochaine du plus grand cinéma public art et essai public d’Europe ; un nouveau complexe de six salles qui permettra de mieux exposer les films, de mieux accueillir les spectateurs, de rencontrer toujours plus de nouveaux publics, d’organiser toujours plus de débats, de rencontres et de temps de partage et de convivialité. »

PRÉCÉDENTS ARTICLES SUR LE CINÉMA MÉLIÈS (en gras),
SUR LA SITUATION DU CINÉMA INDÉPENDANT
ET SUR MONTREUIL
 
 Montreuil : Dominique Voynet est mise en examen (11 mars 2014) : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/110314/montreuil-dominique-voynet-est-mise-en-examen
Montreuil : préavis de grève au cinéma Méliès (25 janvier 2014) : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/250114/montreuil-preavis-de-greve-au-cinema-melies
Tout va très très bien à Voynetgrad (9 juin 2013) : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/090613/tout-va-tres-tres-bien-voynetgrad
Tout va très bien à Voynetgrad (24 février 2014) : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/240213/tout-va-tres-bien-voynetgrad

• Cinéma en salle : pour une autre politique (28 février 2014) : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/280214/cinema-en-salle-pour-une-autre-politique
• De quoi le « Méliès » Montreuil est-il le signe (16 avril 2013) : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/160413/de-quoi-le-melies-montreuil-est-il-le-signe

• À Montreuil : « Négro de service ! » (26 juin 2013) : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/260613/montreuil-negro-de-service

* Concernant le dernier film paru en DVD de Jean-Pierre Thorn, « Je t'ai dans la peau », lire l'article sur ce blog (30 septembre 2015) : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/300914/je-tai-dans-la-peau